Palais Zarrouk: Abattre pour réhabiliter

Palais Zarrouk: Abattre pour réhabiliter

Mohamed zitouni mars 19, 2019 Actualités, Patrimoine, Tunisie

53853812_2806121846072246_1436897634047492096_n.jpg

Le palais Zarrouk de Carthage, construit aux alentours de 1860 caractérisé par un style turc et arabo-mauresque, dernière résidence beylicale du dernier régent de Tunisie à savoir Lamine bey, qui après sa destitution en 1957, avait été confisqué par l'État. Il servit comme premier siège de l'Office tunisien de l'artisanat puis de l'Institut tunisien d'archéologie et d'art avant d'être abandonné. Après la création de l'Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts «  bayt al hikma » en 1983, il en devient le siège .

Un beau jour de Mars 2019, de curieuses opérations de maintenance ont eu lieu sur les armoiries beylicales qui arboraient fièrement le couronnement de la façade principale. En effet des ouvriers se sont amusés à tout bonnement démolir à coup de marteau ces dites armoiries, raison invoquée : « une opération de rénovation de la pièce » logique insolite que détruire pour rénover n’est-ce pas ?  Une pratique à la japonaise sans doute comme nos amis asiatiques qui démolissent et reconstruisent à l’identique chaque 20 ans le temple d’Ise … ou Serait-il question plutôt de rattraper le coup après avoir été pris la main dans le sac et d’invoquer une opération de sauvetage pour expliquer cet attentat ?

53823451_10156989662532530_6374315634355863552_n.jpg

Crédits photos: Zaher Kammoun , Karim Ben AMOR 

Cette soupe nauséabonde d’insouciance doublée de bêtise à peine masquée et l’irrespect le plus total des pouvoirs publics à l’encontre de joyaux architecturaux, qui disons le sont encore là par miracle au vu de la décadence actuelle à tous les niveaux, devient de plus en plus banalisée et admise dans l’indifférence générale. Saurons-nous nous réveiller à temps pour au moins sauver les meubles ?  Ou bien acceptons tout dans ce courant limpide de médiocrité ?